L’éjaculation précoce : on vous en parle !

L’éjaculation prématurée est un problème sexuel qui touche environ un homme sur cinq en France. Il ne s’agit pas d’un phénomène inhabituel et il n’est pas causé par une quelconque maladie ! En revanche, dans quelques cas, une accélération sensible de la vitesse d’éjaculation peut être assez gênante pour les deux parties. À long terme, cette anomalie peut même être à la base de désaccords dans les couples.

ejaculation précoce

Quelles sont les causes d’une éjaculation précoce ?

Il faut faire preuve de bonne volonté et de patience pour tenter de résoudre un cas d’éjaculation précoce. À partir des tout premiers signes, il est nécessaire de visiter un médecin sexologue pour permettre au malade de devenir plus calme et le conseiller sur les divers choix de soins.

Il est nécessaire d’essayer de réduire le degré de stress et d’anxiété. Ceci peut se faire grâce à des traitements pharmaceutiques qui vont réduire quelque peu les émotions, ainsi qu’à des exercices de réadaptation visant à diminuer la pression à la base de la colonne vertébrale, à améliorer le contrôle musculaire, etc.

L’éjaculation prématurée est un trouble sexuel de type masculin qui peut être causé par un certain nombre de facteurs dont :

  • Les problèmes liés à l’anxiété ;
  • L’hyperthyroïdie ;
  • Le stress ;
  • L’origine des relations.

Quelles sont les astuces pour retarder l’éjaculation ?

Les préliminaires doivent être terminés lorsque votre couple a du mal à rester concentré pendant une période prolongée, exigez qu’il ne vous pénètre qu’au plus vite, autrement dit lorsque votre émotion est à son comble. Faites persister les moments de plaisir (les soins, les caresses et la séduction mutuelle), car la pénétration ne suffit pas pour prendre du bon temps !

Encouragez votre partenaire à se faire plaisir de façon suivie tout au long de la même journée (s’il en a l’occasion), il aura certainement plus de plaisir lorsque vous vous réunirez plus tard dans la soirée.

Testez la méthode arrêt et départ, faites plaisir à votre compagnon en le masturbant jusqu’à ce qu’il se trouve au seuil de son éjaculation. Faites un arrêt net lorsque l’excitation se calme un peu, puis recommencez vos séances de caresses.

Procédez à ce jeu durant cinq minutes, ensuite dix, puis quinze minutes. Remettez la masturbation à la place de la pénétration et relancez le processus de formation. Généralement, de meilleurs rendements sont atteints au bout de trois mois de répétition.

Autrement, tentez la méthode du squeezing qui a été développée par certains sexologues et qui correspond à la pratique de la masturbation de votre compagne jusqu’à ce que l’éjaculation soit proche.

Il faudra alors serrer la glande pendant des secondes, le temps que le besoin de vider l’urine s’estompe. Répétez jusqu’à ce que vous puissiez tenir ce jeu durant une quinzaine de minutes et passez alors à la pénétration.

Est-il risqué de retarder l’éjaculation ?

Au contraire, apprendre à distinguer l’éjaculation n’augmente pas le danger de souffrir d’un cancer de la prostate. En revanche, il existe un risque de dépassement de l’excitation, qui peut conduire à l’anéjaculation ou l’impossibilité d’éjaculer.

Depuis un certain nombre d’années, ce phénomène est apparu chez les personnes qui regardent régulièrement des films à caractère pornographique qui ajustent leur degré d’excitation en fonction des images pornographiques et ne réussissent donc pas à obtenir un degré d’excitation équivalent dans leur vie de couple, ils ne parviennent donc pas à éjaculer.

C’est un petit phénomène comparé à l’éjaculation précoce – on compte cent fois plus de mois d’anéjaculation que d’éjaculation précoce – mais qui consiste en un phénomène difficile à inverser.

L’éjaculation prématurée est un problème relevant du domaine du diagnostic qui exige une véritable approche en raison de ses effets sur la qualité de vie des personnes concernées. Celle-ci fait appel à des soins dont toute la mesure de l’efficacité est aléatoire, sans qu’aucun soin ne parvienne à faire totalement consensus à l’heure actuelle.