Que représente une réduction des seins ?

La réduction mammaire est une intervention chirurgicale qui consiste à remodeler les seins pour les rendre plus petits. La réduction des seins, également appelée mammoplastie de réduction, consiste à enlever la graisse, le tissu glandulaire et la peau excédentaires des seins afin de réduire leur taille. Certaines femmes souhaitent réduire la taille de leurs seins pour des raisons cosmétiques ou esthétiques.

réduction de seins

Comment se déroule une réduction mammaire ?

En fonction de la quantité de tissus à enlever, plusieurs techniques sont utilisées :

  • si le volume n’est pas très important et sans être accompagné d’une ptôse : le chirurgien devra faire une incision autour de l’aréole ;
  • si le volume est moyen avec une ptôse légère : deux incisions seront nécessaires, une autour de l’aréole et une autre verticale entre la base du sein et le mamelon ;
  • en ce qui concerne les volumes plus importants : trois incisions seront nécessaires, toujours une autour de l’aréole, une qui relie celle-ci avec la base du sein et une autre sous le sein.

Les réductions mammaires doivent se faire sous anesthésie générale et en ambulatoire. Selon l’importance de la réduction mammaire, le tarif peut varier entre 2 000 et 5 000 euros. Si le volume de tissus à retirer excède les 300 grammes, la sécurité sociale peut rembourser l’opération. Comme la base de remboursement de la sécurité sociale est de 408 euros, tout sera pris en charge, même les dépassements d’honoraires. Dans le cas contraire, le prix total d’une réduction mammaire peut aller de 3 000 et 6 000 euros.

Quelles sont les contre-indications des réductions mammaires ?

La réduction mammaire n’est malheureusement pas pour tout le monde. Il est recommandé de faire une mammographie avant de passer à l’opération pour confirmer qu’il n’y a aucune anomalie. En ce qui concerne les contre-indications, elles concernent principalement les fumeuses et les femmes atteintes d’obésité. Les grosses fumeuses sont beaucoup plus susceptibles de développer des complications et auront du mal cicatriser. C’est pour ça qu’elles doivent se sevrer pendant au moins trois semaines avant l’opération et 2 semaines après. La réduction mammaire n’est pas recommandée pour les personnes souffrant d’obésité. Les femmes qui ont un IMC supérieur à 35 doivent perdre du poids avant de subir cette opération.

Jusqu’où peut-on aller en matière de réduction mammaire ?

La réponse à cette question est liée à l’approvisionnement en sang du mamelon. Pour que le mamelon reçoive une quantité appropriée de sang, le tissu mammaire sur lequel il repose doit être suffisant. Le mamelon est alimenté en sang par le tissu mammaire, et s’il n’y en a pas assez, il souffrira d’un manque de flux sanguin, ce qui peut entraîner sa perte. Diverses procédures de réduction mammaire sont utilisées dans le but de préserver une quantité suffisante d’apport sanguin au tissu mammaire restant afin de préserver la survie du mamelon.

Quelles sont les douleurs après une réduction mammaire ?

Il est courant de ressentir une certaine douleur et un certain inconfort dans les jours qui suivent l’opération. Il est possible que vos seins et les régions qui les entourent soient meurtris et gonflés. Cela est dû à l’étirement des tissus et des muscles du sein. Les premiers jours après l’opération sont les plus douloureux pour la plupart des femmes. Votre médecin peut vous prescrire des analgésiques si nécessaire pour atténuer la gêne occasionnée. De plus, des tubes de drainage peuvent être insérés sur vos seins dans le cadre de la procédure de récupération pour aider à minimiser le gonflement. Ces tubes sont souvent retirés quelques jours après l’opération. Les femmes qui récupèrent après une réduction mammaire doivent porter des soutiens-gorge chirurgicaux spécifiques pour protéger les tissus pendant cette période, selon les spécialistes médicaux. Enfin, pendant toute cette période, il est essentiel d’éviter les exercices trop vigoureux.

La plupart des ecchymoses et des gonflements survenus les premiers jours devraient avoir diminué dans les semaines qui suivent l’opération. La gêne et l’agonie peuvent persister dans certains cas, mais elles devraient être considérablement réduites. Les sutures sont normalement retirées au bout de quelques semaines. Bien que les bandages et la gaze aient été enlevés à ce moment-là, il est fortement conseillé aux patientes de continuer à porter le soutien-gorge chirurgical spécial pour apporter un soutien supplémentaire. La plupart des femmes sont suffisamment guéries pour reprendre le travail pendant cette période. Dans une certaine mesure, cependant, cela dépend du mode de vie, de l’environnement de travail et du temps de récupération de chacun. Par exemple, si votre travail exige beaucoup d’activité physique, vous devrez peut-être prendre plus de temps pour récupérer. Si vous continuez à ressentir une gêne extrême ou si le gonflement augmente dans les semaines qui suivent le traitement, vous devez consulter immédiatement un médecin.

Conclusion

La chirurgie de réduction mammaire est une intervention fréquente mais importante qui s’accompagne de nombreux risques et problèmes. Vous pouvez peut-être bénéficier d’une thérapie moins intrusive. Avant d’envisager une chirurgie de réduction mammaire, demandez un deuxième avis sur toutes vos options.