Fluidifier le sang : nos astuces à utiliser en 2023

Avatar de Julien
Publié par :
🕒 Temps de lecture : 7 minutes
🗓️ Mise à jour de l'article : 29/12/2022

Le sang est transporté de votre cœur vers vos organes par les artères et est renvoyé vers votre cœur par les veines. C’est à ce moment que les cellules sanguines peuvent s’agglutiner et former un caillot. C’est ce qu’on appelle une thrombose. Continuez à lire pour apprendre comment fluidifier le sang afin d’éviter la thrombose.

thrombose mal

La thrombose : quelle est sa définition ?

La coagulation du sang est la première ligne de défense de l’organisme contre les hémorragies. Notre système de coagulation génère un « bouchon » ou un « joint » pour nous empêcher de perdre trop de sang lorsque nous sommes blessés.

Une fois que nous nous sommes rétablis, le système décompose généralement le caillot, mais des caillots peuvent se former par inadvertance ou ne pas se désintégrer après une blessure. Un thrombus est un caillot de sang qui se développe et persiste dans un vaisseau sanguin.

Les fluidifiants sanguins sont des médicaments pour fluidifier le sang et sont utilisés par les médecins pour traiter les caillots sanguins. Ce type de médicament prévient le développement d’une thrombose en empêchant la création de sang coagulé dans les veines.

Comment éviter la thrombose ?

Il y a des situations dans lesquelles il est possible d’éviter la thrombose ; ou mieux, de la prévenir. Par exemple en cas d’alitement, les gestes comme se lever et marcher rapidement favorisent la circulation sanguine. De même, en cas de voyage pour une durée supérieure à 6 heures, la prise de quelques précautions est utile. Il s’agit notamment :

  • De porter des bas de contention de classe II et de vêtement amples ;
  • De faire des exercices de flexion et d’extension des pieds pendant le voyage ;
  • De boire suffisamment d’eau tout au long du voyage.

En plus de ces mesures, certaines personnes présentant des risques élevés de faire une thrombose peuvent être amenées à suivre un traitement préventif.

Que sont les fluidifiants sanguins ?

Les fluidifiants sanguins sont des traitements qui peuvent être administrés oralement ou par injection pour empêcher que des caillots ne se développent. Ces derniers peuvent en effet empêcher que le sang atteigne les poumons, le cerveau ou le cœur. Ils ont le potentiel de déclencher une attaque cardiaque ou un AVC.
Si vous avez des problèmes cardiaques, tels qu’une maladie des valves cardiaques ou des anomalies du rythme cardiaque, il se peut que votre docteur vous conseille de recourir à un anticoagulant.
Les fluidifiants sanguins sont à prendre en respectant scrupuleusement la prescription. En cas d’insuffisance, le traitement perd de son efficacité. Si vous en prenez trop, vous risquez de subir des saignements graves.

Comment savoir qu’on a besoin de fluidifier son sang ?

Il existe trois examens qui permettent de déterminer si le sang a besoin d’être fluidifié :

  •  Le temps de prothrombine (TP). C’est un test exprimé en secondes ou en pourcentage. Il sert à explorer la voie extrinsèque de la coagulation, notamment les facteurs VII, V, X, II. Ainsi que le fibrinogène qui est une protéine présente dans le plasma sanguin et essentiel à la coagulation.
  • Le temps de céphaline activée (TCA). Cet examen évalue le bon fonctionnement de la voie intrinsèque. Pour se faire, on mesure le temps de coagulation du plasma. Ce dernier est placé dans un tube à essai et mélangé à de la céphaline et à un activateur. Si la coagulation de l’échantillon met plus de temps que la normale, le TCA est dit « allongé ». Ce test détermine l’insuffisance ou non en facteurs de coagulation de l’organisme.
  • Le temps de saignement (TS). De moins en moins utilisé car peu efficace, cet examen mesure le temps observé entre la création d’une blessure et l’arrêt du saignement. D’autres examens comme la numération des plaquettes et le dosage du fibrinogène peuvent être nécessaires pour interpréter le bilan de coagulation.

Comment identifier une thrombose ?

Les symptômes les plus fréquemment décrit par les patients sont :

  • Une douleur vive à la jambe
  • La formation d’un œdème, c’est-à-dire un gonflement, au niveau du mollet, voire jusqu’à la cuisse suivi d’une sensation de lourdeur.

En fonction de la partie de l’organisme où se situe le caillot, on distingue deux types de thrombose :

  • La thrombose veineuse superficielle, encore appelée paraphlébite ou phlébite superficielle qui touche les petites veines, situées dans le tissu sous-cutané (veines saphènes).
  • La thrombose veineuse profonde, ou phlébite. Elle prend naissance au sein de veines de plus gros calibre, insérées à proximité des artères, au cœur du système musculaire de la jambe

Comment fluidifier le sang ?

Le traitement pour un sang fluide dépend de la cause sous-jacente. Cependant, il arrive que le traitement de la cause sous-jacente ne modifie pas le nombre de plaquettes et que le sang reste clair.
Dans tous les cas, voici quelques remèdes à envisager.

Fluidifiant sanguin naturel

Les fluidifiants sanguins naturels sont des produits alimentaires qui inhibent la formation de caillots dans le sang. Voici quelques aliments et autres substances qui peuvent servir de fluidifiant sanguin naturel et contribuer à réduire le risque de formation de caillots :

  • piment de Cayenne ;
  • gingembre ;
  • vitamine E ;
  • curcuma ;
  • l’ail.

Aspirine pour fluidifier le sang

Si vous vous rendez dans une clinique ou à un hôpital pour un caillot sanguin et qu’on vous conseille de prendre des fluidifiants sanguins, l’aspirine peut être une option. Elle ne convient pas à tout le monde et ne sera pas suffisante dans toutes les situations, mais elle a un effet comparable et peut être efficace pour réduire le risque de caillot sanguin ultérieur. Comme l’aspirine fluidifie le sang, elle peut aider certaines personnes à éviter des hémorragies graves.

Médicaments pour fluidifier le sang

Il en existe deux, à savoir :

  • Les anticoagulants: ils empêchent votre sang de coaguler, ou de s’agglutiner en amas solides de cellules. La plupart sont pris sous forme de comprimés, mais d’autres comme l’héparine, le fondaparinux, la daltéparine et l’énoxaparine, sont administrés par piqûre. Les anticoagulants tels que l’aspirine, la warfarine et l’héparine font partie de cette catégorie ;
  • Les antiplaquettaires : ceux-ci ciblent de minuscules particules dans le sang appelées plaquettes.

Conclusion

Si une personne présente des symptômes qui pourraient suggérer une thrombose, il est essentiel de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic. Un médecin peut aider à déterminer la raison sous-jacente et à élaborer un plan de traitement qui vous est propre. Il peut également fournir des conseils sur la manière d’éviter et de gérer les problèmes liés à l’obstruction du sang.